Aller au contenu principal

Assurance-chômage : les scénarios du gouvernement pour un nouveau saccage

image prétexte

Ah, la politique et ses délices ! L'article de Cécile Hautefeuille, publié aujourd'hui sur Mediapart, explore les sombres perspectives de l'assurance-chômage en France. Selon les documents obtenus par Mediapart, le gouvernement Macron envisage de réduire encore les droits des chômeurs. Imaginez, une baisse supplémentaire de 20 % de la durée d'indemnisation, un an seulement après une première réduction de 25 %. Pour les moins de 53 ans, la durée maximale d'indemnisation tomberait de 18 à 14,4 mois, et pour les 55 ans et plus, de 27 à 21,6 mois.

Mais ce n'est pas tout. Le gouvernement réfléchit aussi à rendre les conditions plus strictes pour les seniors, en réduisant ou supprimant les règles actuellement plus favorables pour eux. La Dares, l'institut statistique du ministère du travail, a calculé les impacts potentiels de ces mesures. Si elles étaient mises en œuvre, elles pourraient entraîner une fin de droits anticipée pour 400 000 allocataires supplémentaires par an, avec 100 000 personnes basculant au RSA ou à l'ASS.

En termes d'économies, la réduction de la durée d'indemnisation pourrait économiser 3 milliards d'euros par an. Mais attention, le chômage ne diminuerait que de quelques dizaines de milliers d'emplois, selon la Dares. Pour les seniors, trois scénarios sont étudiés : repousser l'âge d'entrée dans le dispositif de deux ans, supprimer la tranche intermédiaire pour les 53-54 ans, ou carrément supprimer la filière senior, ce qui réduirait la durée maximale d'indemnisation à 18 mois, quel que soit l'âge.

Et si ce n'était pas assez, il y a aussi l'idée de supprimer le maintien des droits jusqu'à la retraite. En conclusion, le gouvernement cherche à réaliser de belles économies, mais cela pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les chômeurs. Les chiffres sont sur la table, et il ne reste plus qu'au gouvernement à choisir son scénario. Mais une chose est sûre : ça ne s'annonce pas joyeux pour les chômeurs.